Les poèmes, fables et citations

 Le chat
 De sa fourrure blonde et brune
 Sort un parfum si doux, qu'un soir
 J'en fus embaumé, pour l'avoir
 Caressé une fois, rien qu'une.

 C'est l'esprit familier du lieu;
 Il juge, il préside, il inspire
 Toutes choses dans son empire;
 Peut-être est-il fée, est-il dieu.

Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant,
Se retournent docilement,
Et que je regarde en moi-même,

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.

Charles Baudelaire (Les fleurs du mal)

L'homme est civilisé dans la mesure
où il comprend le chat

Georges Bernard Shaw

Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d'agate.

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s'enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête,
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

Et, des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum,
Nagent autour de son corps brun.

Charles Baudelaire